La musique et l’évolution personnelle : ma base de recherche (pourquoi une note de piano nous envoûte?)

Pourquoi sommes-nous la seule espèce à faire de la musique ? Et pourquoi de simples fréquences sonores peuvent nous envoûter ?

Notre cerveau est fait pour interpréter l’information qu’il reçoit de notre système nerveux, c’est-à-dire de nos sens. Lorsque une vibration sonore atteint notre oreille, notre système nerveux encode cette vibration sous forme d’information électrique, l’envoi au cerveau, et celui-ci est chargé de comprendre ce qu’elle signifie.

Pour cela, le cerveau se rapporte à la mémoire. Il se trouve que la mémoire humaine est unique. Les autres animaux pensent en sensations, mais nous, nous pensons en concepts. C’est une longue histoire qui a trait à l’apparition du Verbe dans notre espèce.

Lorsque le cerveau tente d’interpréter une information, il la rattache donc à la mémoire et plus spécifiquement à un concept. Par exemple, votre maman vous appelle, la vibration sonore arrive à votre cerveau, et celui-ci après avoir décodé l’information la relie au concept « maman ».

Avec ce concept en main, il lance la réponse physiologique adaptée. Votre maman ne représente normalement aucune menace, au contraire un certain réconfort, et le cerveau lance donc l’oxytocine, l’hormone de l’attachement et de l’apaisement. C’est l’inverse s’il s’agit de votre belle-mère, généralement. Dans ce cas le cerveau lance la réponse « fight or flight » du système nerveux : adrénaline, cortisol et tutti quanti.

Les concepts avec lesquels votre cerveau décrypte le présent sont en fonction de votre vécu, mais aussi de programmations génétiques héritées. 
Vous vous pétrifiez lorsque votre belle-mère vous parle car vos expériences passées avec elle vous ont appris à le faire, mais l’on peut constater chez les nouveaux-nés une prédisposition à avoir peur des sons basses-fréquences, qui dans notre passé évolutif étaient synonymes des grognements de prédateurs (c’est pour cela que bien des nouveaux nés ont peur de leur papa au début : la voix grave masculine est de plus basse fréquence que la voix féminine).

OK, revenons à la musique.

Un morceau de musique est un immense mélange de vibrations sonores.

Plus ces vibrations sont arrangées harmonieusement entre elles plus le morceau est beau, mais pour notre cerveau c’est un immense bordel quand même.

Une fois pressé le bouton play, arrive pour lui la tâche de tenter de traiter en même temps une multitude de vibrations différentes en les rattachant chacune à un concept. C’est un gros boulot. Les percussions lui rappellent une chute de pierre, les grosses basses un rugissement de lion, les aigus une femme qui crie ; nous ressentons l’envie de bouger sur le rythme car le cerveau croit qu’il y a du mouvement dehors, et tout ce capharnaüm finit par créer en nous un mini état psychédélique, car quand le cerveau ne comprend plus rien il déclare forfait et nous fait planer : c’est le même principe qu’avec les substances hallucinogènes.

Avec la musique, capacité propre à l’être humain car donnée par le Verbe, nous avons hackés notre cerveau pour littéralement nous mettre en transe. 
L’émotion produite par la musique allait servir à nous unir et faire mémoriser l’information transmises par les paroles.

Il est bien possible que la musique ait joué un rôle majeur dans le développement de notre cerveau et donc de notre espèce.

BL.

Cadeau :

(Avertissement : s’écoute avec un cigar et un verre de whisky)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s