Quelle est la conversation la plus profonde que vous ayez eu avec quelqu’un ?

Les réseaux sociaux virtuels ne remplaceront jamais un bon feu de bois entre amis. Voici pourquoi.Une conversation me marqua il y a quelques années. Je promenais mon chien dans un petit parc de ma ville, derrière un hospice pour personnes âgées. Un très bel endroit, bien entretenu.Je m’assis quelques minutes sur un banc pendant que le chien jouait à la balle, et un vieillard coiffé d’un béret et terminant son tour du parc s’approcha de moi.Je remarquais directement un sourire bienveillant sur son visage, comme s’il était heureux de voir quelqu’un. Il faut dire que ce parc est souvent désert malgré sa pelouse bien tondue et son aménagement soigné. Surpris aussi, peut-être surpris de voir un jeune ici.Tandis que mon border collie se défoulait par ce frais matin printanier, ce vieillard s’assit à mon coté le plus simplement du monde et entama la discussion.- Fait beau hein ?- Superbe, lui répondis-je, dommage qu’il soit si désert.Nous échangeâmes sur la pluie et le beau temps comme cela quelques bonnes minutes. Jusqu’à ce que cet homme me demande où en étais-je dans ma vie.- Où j’en suis dans ma vie ? Dans quel sens ?- Quels sont tes projets ?Je sentais qu’il voulait m’apprendre quelque chose. Je lui racontai brièvement où en étais-je à ce moment : mes études, mes ambitions, mes craintes aussi.- Fonce, me dit-il d’un coup sec. Fonce.Il m’apprit qu’il avait connu la guerre et qu’il y avait perdu beaucoup de ceux qu’il aimait.Il me raconta les bombes, la peur, la faim, l’incertitude, l’espoir. Ce veil homme me raconta ce que bien des gens ont oubliés aujourd’hui, que la vie est une chose précieuse, que la vie est un combat, que la vie est courte, et cette conversation, qui ne dura même pas 20 minutes — nous avions tous deux des choses à faire — fut l’une des conversations les plus marquantes que j’eu de toute ma vie.


Le storytelling fait partie de notre ADN. Dans une soirée entre amis, placez un feu de bois au milieu de la terrasse et observez ce qu’il se passe : tout le monde s’en approche, plus ou moins vite, plus ou moins consciemment.

Photo by Kimson Doan on Unsplash

Les plus extravertis y vont plus rapidement que les introvertis, les anciens de la bande s’en approchent avec plus d’aisance que les nouveaux invités, mais finalement tout le monde se retrouve là, parlant, dansant et riant autour de ces magnifiques flammes gigotant dans les iris de ces êtres humains portant en eux 500 000 ans d’histoires autour du feu.Les régions du cerveau s’activant lorsqu’on écoute ou lit quelqu’un nous raconter une histoire sont les mêmes chez tout le monde et universellement (Dehghani, Morteza, Reihane Boghrati, Kingson Man, Joe Hoover, Sarah I. Gimbel, Ashish Vaswani, Jason D. Zevin, Mary Helen Immordino-Yang, Andrew S. Gordon, Antonio Damasio, Jonas T. Kaplan 2017)Au fil de l’évolution humaine, les vieux membres de la tribu se sont maintenus de plus en plus tard car ils sont de réelles bibliothèques vivantes. Le savoir est l’essence principale de notre histoire, le Verbe est la clé de l’intelligence humaine.Dans ce monde de nouvelles technologies, les mots et le savoir qu’ils contiennent n’ont jamais été aussi accessibles, pourtant la vraie discussion humaine elle, celle autour du feu, autour du souper ou sur le chemin de la balade, s’est réduite.C’est pourtant la plus importante, car la plus chargée émotionnellement, donc la plus liante, la plus puissante.La plus vraie.Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les stars de musique avaient autant de succès ? Pourquoi autant de romans, pourquoi tellement de films et de séries ? Storytelling. Émotion. Souvenirs. Réflexes conditionnés. Amour. Lien. Groupe protecteur.Les histoires sont aussi vitales pour nous que ne le sont l’air ou l’eau, car nous tenons le verbe qui permet de penser, et la pensée est matérielle et concrète : elle configure nos circuits neuronaux en permanence. La visualisation active afin d’améliorer ses performances est bien connue des sportifs et chirurgiens.Les nouvelles technologies permettent le partage d’histoires à l’infini, mais elles ne remplaceront jamais la vraie discussion avec ses pairs, car l’interaction réelle est l’indépassable vecteur d’émotion donc de mémorisation et de création de lien.Parler avec quelqu’un implique tous les sens, au contraire de la musique, de la lecture ou encore des films. Plus vos sens sont impliqués, plus la réaction physiologique est forte, et donc plus le message et le souvenir du moment commun est intégré.Il est temps de ramener la discussion sur son trône ; il est temps de réapprendre à discuter pour le simple acte, à lancer un : “comment allez-vous ?” pour la beauté du geste, à complimenter cette vieille femme qui promène son chien sur la coupe de poil de son caniche, pourquoi pas ! N’avez-vous jamais ressenti cette brise de joie après avoir simplement échangé quelques sourires et quelques mots positifs avec un ou une inconnue ?Dans ce monde virtuellement connecté, dans ces villes peuplées mais anonymes, nous avons besoin de réintroduire quelque chose de grand : la discussion.Car la discussion nous a mené où nous sommes, et elle continuera à nous faire grandir.Mais seulement pour ceux qui l’accueillent et la célèbrent.Alors parlons !

Publié dans: Non classé

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s